★ LES TENDANCES DU DIGITAL DE 2019 ★

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Quelles sont les tendances de cette année 2019 ? Quels outils et conseils devez-vous appliquer ? La réponse ici !

1) Les stories

Sur les réseaux sociaux, on observe progressivement que les stories fleurissent un peu partout. Elles continueront de s’installer encore sur les autres réseaux (Linked In par exemple). C’est pourquoi il est important de savoir les maîtriser et de les utiliser régulièrement et judicieusement.

Sur Instagram : Il est important de prendre de beaux visuels et de respecter sa ligne éditoriale jusque dans ses stories. Elles doivent être quotidiennes, ou du moins très régulières pour une réelle implantation dans le quotidien de l’internaute.

Sur Facebook : Les stories Facebook n’avaient pas bonne réputation à leurs débuts, cependant, aujourd’hui elles se révèlent efficace puisque les internautes, même si ils n’ont pas forcément d’attache à la pratique, regarde ces stories et reçoivent l’information. C’est pourquoi les information doivent être claires et compréhensibles, tout en restant au maximum qualitatives.

Vous pouvez aussi utiliser les stories sur les réseaux Snapchat et WhatsApp.

Les objectifs :

  • Humaniser la marque
  • Montrer du contenu « behind-the-scene » 
  • Montrer l’avancement d’un projet ou la création d’un produit
  • Teaser des nouveaux produits
  • Faire une annonce
  • Etc. (la limite dépend vraiment de votre créativité).

2) Le contenu vidéo

La vidéo a le vent en poupe ! Sur tous les réseaux elle est présente. Elles offre à un profil d’entreprise plus de dynamisme et d’image professionnelle. La vidéo (sous-titré notamment, pour la lire sans le son) permet de capter l’internaute pour un moment plus important que pour une photo. Egalement, un message passe mieux à travers une vidéo, notamment si l’information est chargée, ou alors que l’objectif est de faire aimer la marque et de faire passer une message de valeurs.

Il est primordial que le montage et la colorisation de la vidéo soient professionnel. Une vidéo de mauvaise qualité ne pourra que faire l’effet inverse sur l’internaute, qui ne prendra pas le moins du monde la marque au sérieux.

3) Les influenceurs / micro-influenceurs

Depuis déjà quelques années, les influenceurs dominent internet. Ils sont prescripteurs de nombreuses marque et créent du contenu pour celles-ci. Dignes de confiance pour leurs followers  au paravant, les très grands followers perdent petit a petit leur crédibilité en terme de libre arbitre avec les différents partenariats avec les entreprises.

C’est pourquoi, les internautes ont tendance à ne plus suivre que quelques gros influenceurs, mais plutôt plusieurs petits influenceurs : les micro-influenceurs. Ils ont entre 2000 et 15 000 followers et constituent leur communauté petit à petit. Souvent locale, la communauté s’attache à l’authenticité de ces influenceurs et les croient plus facilement. C’est pourquoi il est important d’investir aussi bien son marketing d’influence dans les gros influenceurs mais aussi dans les petits.

4) l’UGC (user generated content)

C’est le contenu généré par le clients ou l’utilisateur. En effet, une fois le produits ou le service acheté, la personne (pas forcément influenceur) va partager son expérience sur les réseaux. L’entreprise, en partageant ce contenu via sa propre page, va utiliser ce concept. En faisant cela, l’entreprise crédibilise l’internaute et le met en avant, le fidélisant ainsi ; mais aussi, cela va inciter les autres followers à créer du contenu pour être à leur tour mis en avant sur le profil de l’entreprise. Ainsi, le communauté est dynamique, fidélisée, et l’entreprise à du contenu à publier.

Cette technique est très bénéfique pour une entreprise à tous les points. Elle est peu couteuse et créé un véritable notoriété. Cependant, il est toujours long et laborieux de lancer la mécaique et de pousser les followers à créer un contenu. Egalement, et en fonction du domaine d’activité, il est possible que les l’UGC ne puisse être fait (pour des services de conseil par exemple) ; ou alors que les contenus ne soient pas utilisables (mauvaise qualité, contraire au positionnement..)

5) Le contenu interactif

On le trouve partout ! Dans les publications Facebook, les stories Instagram… Il prend la forme de sondages, de oui/non, de FAQ en direct, ou même d’emojis pendant les lives. Chaque réseaux à son propre langage en terme d’interactivité, mais ce qu’il faut retenir c’est qu’il que les internautes souhaitent interagir avec la marque et le reste de la communauté.

Instagram : C’est notamment dans les stories que les internautes pourront donner leurs avis en votant entre deux propositions ; ou alors, poser une question directement à leur influenceur préféré en attendant sa réponse (quand le bouton « contacter » n’est pas actif).

Facebook : Entre les différents sondages, les réactions sur les posts et les réactions sur les lives Facebook, le réseau permet un belle interactivité aussi. Il est important de faire participer sa communauté sur Facebook ; en effet, les internautes ont moins de scrupules à partager ou à commenter ou à voter sur Facebook puisque ce réseau, contrairement à Instagram, n’est pas forcément utiliser pour son contenu visuel esthétique.

 

Nous espérons que cet article vous a plu ! Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour encore plus d’actualités !

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

⚓️ MADE IN SAINT-MALO ⚓️

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –